Télésoin en kinésithérapie du sport : une solution pratique

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Depuis le samedi 18 avril 2020 et un arrêté publié, les téléconsultations en kinésithérapie sont reconnues et autorisées en France. Elles ont pour objectif de faciliter l’accès aux soins pour tous. Si ces dernières semaines les patients liés au virus Covid_19 étaient la priorité, grâce à cette nouvelle législation les sportifs ayant besoin de poursuivre leur rééducation pourront être supervisés à distance. Une excellente nouvelle pour les kinés du sport et les patients.

Eric Truchet, kiné-ostéopathe à Marseille partage sa vision des choses, en s’attardant notamment sur les limites de la téléconsultation en kiné du sport et donne des solutions pratiques pour y faire face.

Les recommandations de l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes 

D’après la Haute Autorité de la Santé le télésoin se définit comme « une forme de pratique de soins à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. Il met en rapport un patient avec professionnel de santé dans l’exercice de ses compétences. [1]

Si les kinésithérapeutes bénéficient d’un nouveau moyen de prise en charge des patients, le fonctionnement d’une séance reste identique pour certaines pratiques :

  • La prise en charge à distance est possible uniquement sous prescription médicale
  • Le respect des étapes d’une consultation (rendez-vous, prise en charge, transmission du dossier au médecin traitant) [2]

Cependant, suite à ce nouveau procédé, le kinésithérapeute doit adapter certaines règles. En effet, afin de préserver le secret médical, il doit exercer sa séance seul dans une pièce prévue à cet usage via un support de communication vidéo fiable. Pour cela, le gouvernement a mis en place une liste d’outils de télésanté sur son site.  De plus, c’est à la charge de ce dernier de veiller à informer l’ensemble de sa clientèle s’il réalise le télésoin. [3]

Enfin, concernant le règlement d’une téléconsultation, plusieurs choix s’offrent aux kinésithérapeutes (virement bancaire, application de tiers-payant, chèque, paiement en ligne). Quelle que soit la modalité, le patient doit être averti en amont de cette décision afin de s’assurer du bon fonctionnement de sa prise en charge. [4]

L’ensemble de ces recommandations sont à suivre lorsqu’un kinésithérapeute décide de pratiquer des soins à distance. Cependant, rien n’oblige un kiné à exercer le télésoin.

Téléconsultations en kiné du sport : les limites du modèle 

La téléconsultation en kinésithérapie du sport, bien que nouvelle en France, est déjà utilisée depuis de nombreuses années dans beaucoup de pays. Et ses bénéfices cliniques ont été démontrés à de nombreuses reprises.  Malgré tout, réussir une bonne séance de téléconsultation ne s’improvise pas, le kinésithérapeute doit se préparer à faire face à des différences majeures par rapport à ses consultations habituelles.

  • Le type de travail

Lors de séances en kinésithérapies du sport, les patients ont pour habitude de travailler sur des machines ou de se faire manipuler par le thérapeute. La téléconsultation, elle, est une opportunité de maintenir la relation patient-thérapeute au-delà l’espace du cabinet de ville, même si l’activité sera différente. Là où en cabinet, le kinésithérapeute peut imaginer une grande variété d’exercices, avec des machines parfois sophistiquées, la téléconsultation nécessite d’adapter ses protocoles d’exercices à un environnement sans matériel. On privilégiera donc du travail en poids de corps, qui offre une belle variété d’exercices.

Au niveau des manipulations, la limite de la téléconsultation est encore plus forte. A distance, impossible de manipuler le patient. Mais on peut quand même guider le patient sur les gestes simples et essentiels qu’il pourra réaliser seul. Par exemple, masser correctement sa cicatrice ou glacer le genou.

Rééducation à domicile - Ted Orthopedics

  • Transmettre l’information et s’assurer de la compréhension

Pendant une séance en cabinet, le kinésithérapeute du sport a l’habitude de laisser le patient travailler en autonomie. La séance de téléconsultation va se focaliser uniquement sur l’explication des exercices à réaliser. Et l’on demande ensuite au patient de réaliser les exercices seul chez lui. Pour que cette stratégie fonctionne, l’essentiel est de s’assurer que le patient a parfaitement compris l’exercice, la difficulté et les points d’attention pendant la réalisation de l’exercice. En auto-rééducation, il n’aura pas l’occasion d’être corrigé par l’œil expert de son kiné, comme ce serait le cas en cabinet.  

A travers l’interface de téléconsultation, il est donc recommandé de faire réaliser l’exercice au patient, en le corrigeant en direct à travers la caméra. On pourra alors corriger la position en direct lors du mouvement. Cette mise en pratique doit être contrôlée afin de sécuriser la prise en charge du patient. Le patient réalisera ensuite plusieurs séances en autonomie avant de recontacter son kinésithérapeute en téléconsultation, il est donc essentiel qu’il ait parfaitement compris les exercices à réaliser. 

Pour cela, on peut privilégier des séances avec peu d’exercices, donc peu de consignes à mémoriser. Et pour entretenir la motivation, on pourra changer ces exercices, y apporter des variantes, lors des prochaines téléconsultations. 

  • Quantifier l’observance et la progression du patient

C’est l’un des facteurs très limitants de la téléconsultation en kinésithérapie du sport. Là où en cabinet, des bilans fonctionnels spécifiques peuvent être mis en place, c’est souvent très compliqué à domicile. De même pour l’observance, qui en cabinet est directement mesurée par la présence du patient, mais qui a distance ne sera quantifiée que par ce que le patient veut bien vous dire. 

Pour l’analyse fonctionnelle, on pourra demander au patient de réaliser certains exercices simples, noter les amplitudes et résultats afin de comparer d’une téléconsultation à une autre. Par exemple, un test d’amplitude actif devant la caméra, ou un test de marche devant la caméra. Malgré tout, les tests réalisables dans ces conditions restent limités. 

Par la confiance dont le patient se sent investi en réalisant en autonomie supervisée les exercices proposés par son kiné, il se sentira partie prenante de ses progrès. L’éducation thérapeutique du patient est donc primordiale dans cette nouvelle prise en charge puisqu’un grand nombre d’exercices sera réalisé en auto-rééducation et ouvre le champ à des pratiques nouvelles et motivantes. Vous souhaitez en savoir plus sur l’auto-rééducation ? N’hésitez pas à consulter cet autre article.

 

Ted Orthopedics, une solution adaptée au télésoin en kiné du sport

Le dispositif médical Ted Orthopedics est un complément des téléconsultations de kinésithérapie, le moyen de faire un point, un bilan, mais aussi d’éduquer le patient au vu de ses nouveaux exercices à réaliser. Le dispositif médical de Ted Orthopedics est un assistant de rééducation du genou pour la prise en charge à distance. En effet, Ted Orthopedics répond de manière pratique aux problématiques énoncées ci-dessous. Pour plus d’information sur le fonctionnement du produit, c’est par ici

  • Comment s’assurer de la bonne transmission des informations ?

Dans un premier temps, Ted fait le lien entre le patient et le professionnel de santé. Les exercices sont connus par le patient puisqu’il a été formé lors de la téléconsultation à la bonne exécution. Pour cela, les protocoles sont élaborés et personnalisés pour chaque cas. Plus de 150 exercices sont disponibles sur l’interface permettant un large choix d’exercices pour composer vos séances. 

Grâce à son application mobile, le patient sera ensuite guidé au travers de tous ces exercices grâce à des vidéos de démonstration et consignes explicites. 

vidéos démonstration Ted Orthopedics 

  • Comment corriger un mouvement à distance ?

La genouillère connectée Ted Orthopedics permet de mesurer en temps réel le mouvement du genou du patient. Ainsi, une fois sa séance lancée, le patient est guidé sur l’application grâce à des biofeedbacks visuels et sonores. Il peut ainsi se corriger en autonomie et en toute sécurité. Les biofeedbacks en direct permettent au patient de se motiver et de se rapprocher des objectifs dictés en amont de sa séance.Biofeedback proprioception

  • Comment s’assurer que les exercices en autonomie ont été réalisés ?

Le suivi de l’observance est lui aussi un autre intérêt du dispositif. En envoyant directement la séance sur l’application de son patient, le kiné peut vérifier si elle a été réalisée. Il obtient aussi des données chiffrées comme le taux de réussite, le niveau de douleur ou la difficulté rencontrée par le patient. L’avantage évident d’une telle utilisation est la constitution d’un suivi précis de l’évolution de la rééducation, consultable à tout moment par les membres de l’équipe médicale. 

De plus, le professionnel de santé n’a plus besoin de prendre de mesures, elles sont enregistrées sur l’application et sauvegardées afin de pouvoir établir la progression du patient. La téléconsultation suivante est donc anticipée par le kiné et la progression peut être suivie plus facilement sans avoir à prendre une nouvelle mesure pour chaque exercice.

Ted Orthopedics aide à assurer la continuité du lien entre le patient et le kinésithérapeute. D’un côté, pour le patient afin d’accompagner et superviser la bonne réalisation des exercices demandés. Et de l’autre, pour le professionnel de santé, une prise en charge facilitée à travers des protocoles fiables et personnalisés, et un retour de données quantifiées sur l’avancement du patient dans sa rééducation.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à réagir en commentaire ou sur nos réseaux sociaux.  

Bonne rééducation avec Ted !

 

Sources scientifiques : 

[1] Réponses rapides dans le cadre du COVID-19 -Téléconsultation et télésoin (Haute Autorité de Santé)

[2] COVID-19 et télésanté : qui peut pratiquer à distance et comment ?  (Ministère des Solidarités et de la Santé).

[3] Les kinésithérapeutes peuvent désormais soigner leurs patients par télésoin – Ordre des masseurs kinésithérapeutes

[4] Guide de bonnes pratiques relatif au télésoin en kinésithérapie – Ordre des masseurs kinésithérapeutes