Chez Ted, nous développons un assistant connecté de rééducation du genou, votre bras-droit virtuel. Sa mission est de vous épauler dans la prise en charge de vos patients et de vous fournir des indicateurs sur leur progression.

Prenant la forme d’une genouillère équipée de capteurs et d’une application mobile, il fournit des biofeedbacks en temps réel au patient pour le corriger dans ses mouvements et vous livre ensuite un compte-rendu sur la séance du patient. Ce dispositif médical est commercialisé depuis décembre 2019 en France.

Aujourd’hui nous allons vous parler de la tendinite du fascia lata…aussi connue sous le nom du syndrome de l’issue-glace.

  • Qu’est-ce que le syndrome de l’essuie-glace ?

Le syndrome de l’essui glace aussi connu sous le nom de tendinite du fascia lata ou du syndrome de la bandelette est une inflammation des fibres. Ces fibres sont concentrées sur le bord externe de la cuisse et descendent jusqu’au genou. Ces dernières rentrent en conflit avec le plan osseux et provoquent une réaction inflammatoire. C’est ce qui rend douloureux les mouvements par la suite surtout en flexion-extension et dans la pratique de la course. Avec l’évolution même la marche peut devenir gênante et les douleurs insomniantes.

Source : le minimaliste 

  • Qui sont les principaux sportifs touchés par ce syndrome ?

Les marathoniens sont connus pour êtres les sportifs les plus touchés par ce phénomène. Cependant, les sports de flexion extension répétés sont tout aussi sujets à ce type de blessure. Voici un cas où le syndrome de l’essui-glace peut se manifester :

  1. La surcharge d’entraînement : ces douleurs se manifestent lorsque les flexions extensions du genou excèdent la tolérance des tissus. Pour être plus clair, votre patient a mal dosé son volume d’entraînement ! C’est pour cela que les coureurs de course à pied sont si touchés, puisqu’ils pratiquent une activité physique à haute intensité sur plusieurs kilomètres.
  2. Le mauvais équilibre alimentaire / hydrique 

L’entraînement à haut volume nécessite un équilibre acido-basique surveillé. Bien souvent les sportifs sont déséquilibrés vers l’acidose ce qui peut être corrigé facilement en apportant essentiellement des ions bicarbonates (bananes, fruits secs).

Attention : vous ne devez pas confondre le syndrome de la bandelette avec une atteinte méniscale externe. Même si les symptômes peuvent paraître similaires, il est essentiel de pratiquer un diagnostic différentiel basé sur l’interrogatoire et l’examen clinique.

La Clinique du Coureur est spécialisée dans la prévention des blessures. Voici une liste de conseils que vous pouvez prodiguer à vos patients souffrant du TFL.

  • Les 7 points clés pour survivre au syndrome de la bandelette iliotibiale (by la clinique du coureur)
    1. Couper le volume, mais garder l’intensité.
    2. Fractionner les entraînements avec des minutes de marche fréquentes.
    3. Choisir des surfaces irrégulières telles celles des cross-country.
    4. Éviter les descentes de côtes.
    5. Augmenter la cadence des pas.
    6. Renforcer les muscles fessiers (pour diriger l’alignement des genoux grâce à la musculature des hanches).
    7. Assouplir la bandelette (si elle est raide).

L’équipe de Ted Orthopedics vous conseille aussi de contrôler l’existence d’un affaissement plantaire souvent pourvoyeur de ce type d’atteinte.

  • Faut-il arrêter la pratique sportive ? 

Certainement pas sous peine de prolonger la période de retour à l’activité. Il faut adapter et surveiller l’évolution de la blessure, ce que permet le dispositif Ted.

Bonne rééducation avec Ted !